Je partage :

IA : Intelligence artificielle mais aussi… intelligence artistique ?

Ce n’est pas la première fois que l’intelligence artificielle s’inscrit dans l’art. Souvenez-vous, le 25 octobre 2018, le Portait d’Edmond de Belamy, créé de toute pièce par une IA, avait été mis aux enchères et adjugé pour un montant de 432 500 dollars. Et maintenant, une intelligence artificielle capable de terminer ou rénover des œuvres inachevées ? Ça existe !

Grâce à une nouvelle approche mêlant radiographie et intelligence artificielle (plus précisément deep learning), des œuvres cachées sous des peintures ont pu être découvertes. Exemple avec un tableau de Picasso : La femme perdue, baptisée ainsi par les chercheurs, avait été peinte sous le Vieux Guitariste Aveugle de Picasso. A l’époque, ce dernier est démuni et ne pouvant payer de nouvelles toiles, il se retrouve régulièrement contraint de peindre par-dessus d’autres œuvres lui appartenant. Ainsi, grâce à une technique de transfert de style par intelligence artificielle, l’œuvre cachée a pu être recomposée et le style « bleu » de l’époque du peintre lui a été appliquée afin de la rendre la plus authentique possible.

(© ANTHONY BOURACHED AND GEORGE H. CANN)

(© ANTHONY BOURACHED AND GEORGE H. CANN)

Des technologies sont aujourd’hui capables de reprendre le style des peintres grâce à une fine analyse de leurs tableaux et de l’appliquer à n’importe quelle image. Illustration avec La Nuit étoilée de Van Gogh :


Source : https://github.com/cysmith/neural-style-tf

De nombreuses pièces délicates pourraient être ainsi restaurées et protégées par des experts grâce à ce nouvel algorithme qui étudie les images à haute résolution et sépare les images radiographiques.

Mais comme ce n’est pas suffisant pour l’intelligence artificielle de se cantonner à la peinture, elle s’attaque également à la musique classique. Dernièrement, une IA a pu proposer des segments pour compléter la 10eme symphonie jusqu’ici inachevée du compositeur autrichien Mahler tout comme Huawei avait développé une intelligence artificielle permettant de terminer la huitième symphonie de Franz Schubert début 2019. Mais de nombreux pro musiques classiques prônent le fait qu’une IA n’a pas l’idée visionnaire d’un Homme alors que c’est ce qui fait justement la qualité d’une œuvre. En attendant, toutes ces avancées nous préparent très probablement au futur de l’industrie musicale. Se déhancher sur des musiques d’IA, ça vous tente ?


– Article rédigé par Cynthia Billaud.

Intéressés par les formations de Catalix ? Cliquez pour plus d’informations.