Je partage :

Neuralink, une symbiose entre le cerveau et l’IA ?

Et si « Black Mirror » devenait réalité ? Imaginez un futur proche dans lequel l’intelligence artificielle serait devenue tellement puissante et super intelligente qu’il serait nécessaire d’augmenter le cerveau humain. Après les avions supersoniques, l’hyperloop ou encore la colonisation de Mars, Elon Musk ne cesse de nous surprendre avec un autre projet : Neuralink. Ce dernier a pour objectif de créer une fusion homme-machine et, à terme, d’augmenter nos capacités cognitives, pour ne pas se faire dépasser par l’intelligence artificielle.

Comment cela pourrait-il être possible ?
Pour ce faire, l’entrepreneur a évoqué le développement de « cordons cérébraux » reliés à une puce implantée derrière l’oreille. Pour éviter l’ouverture de la boîte crânienne, la startup a mis au point un robot neurochirurgien capable d’implanter les cordons dans différentes zones du cerveau avec un perçage laser. Ces dispositifs sont « destinés à aller se coller entre les neurones et les vaisseaux de façon à doper les neurones, et à permettre l’accès à des bases de données ou au cloud. »

Photo de gauche : robot neurochirurgien, photo de droite : la puce / Source : Neuralink

Une symbiose entre le cerveau et l’IA
Cette innovation pourrait, selon Elon Musk, booster notre cerveau afin de garder la main sur l’IA mais aussi servir la médecine. A titre d’exemple, elle pourrait soigner certaines pathologies neurologiques (comme la maladie d’Alzheimer) ou encore aider des personnes paralysées à contrôler un smartphone par la simple pensée. « Au bout du compte, nous parviendrons à une symbiose entre le cerveau et l’intelligence artificielle », a déclaré Elon Musk. Il n’est pas sans rappeler que ce dernier voit déjà l’homme comme un cyborg. « Votre téléphone ou votre ordinateur sont des extensions de vous-mêmes, mais les interfaces (vos doigts ou votre voix) sont très lentes. » D’où son projet de Neuralink.

Des test sur les humains ?
Cette technologie a déjà été testée sur un singe qui « a pu contrôler un ordinateur avec son cerveau » et Neuralink compte commencer à travailler sur des humains d’ici 2020, à condition que la Food and Drug Administration (FDA) l’y autorise.

Mais ce projet n’est pas sans soulever de nombreux débats et interrogations. Pendant que certains voient en Neuralink du pure génie, d’autres, comme Susan Schneider, professeure et chercheuse en philosophie et en sciences cognitives, parle de « suicide pour l’esprit humain ». Effectivement, on pourrait d’ores et déjà s’interroger sur l’avenir de ce projet. Pure science-fiction ? Elon Musk, un génie incompris ? Existe-t-il encore des choses que le roi de la comm ne peut pas faire ? On se le demande !


– Article rédigé par Cynthia Billaud.

Voir la conférence De Elon Musk sur le lancement de Neuralink

Intéressés par les formations de Catalix ? Cliquez pour plus d’informations.